Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques des reflexions de mon miroir
  • Chroniques des reflexions de mon miroir
  • : Petites réflexions vénusiennes que je me fais le matin, seule face à mon miroir, sur la vie, le quotidien et toutes ces futilités qui rendent les choses plus rigolotes (ou pas)....
  • Contact

Profil

  • Miss Miroir
  • Femme, épouse, maman, salariée, provincialo-parisienne, plein de facettes pour un seul miroir !
  • Femme, épouse, maman, salariée, provincialo-parisienne, plein de facettes pour un seul miroir !

Hello Coton

12 juillet 2017 3 12 /07 /juillet /2017 17:03
Les émotions, les autres et vous

 

 

Tous les jours, vous traversez plusieurs états émotionnels, certains plus fugaces que d'autres, et avec plus ou moins de confort selon le moment où, et les personnes avec qui, ces émotions s'expriment. C'est la vie. C'est peut-être même ça la vie, les interactions, les émotions générées par ces interactions, et ce que vous en faites ensuite (des émotions, pas des interactions. Quoique...). 

 

Parfois ces émotions fugitives se transforment en sentiment durable, limitant ou énergisant, mais la plupart du temps une bonne crise de larmes, une gueulante ou un fou rire incontrôlé se suffisent à eux mêmes et ne nécessitent pas d'en faire tout un plat. N'est-on pas censé justement exprimer ce qu'il fait du bien d'exprimer, pour éviter l'effet cocotte minute ou la psychosomatisation ?

 

Alors expliquez moi donc pourquoi, POURQUOI bordel de merde, quand on exprime sa joie, sa tristesse, son amour, sa colère,  vous partez du principe que celui qui exprime est faible / incapable de gérer / demande de  l'aide ? Vraiment ça m'échappe et ça finit même par me heurter ce paradoxe à la con qui veut que vous soyez  à la fois associé à vos émotions mais quand même dissocié de leur expression pour avoir l'air solide, et j'utilise sciemment "avoir l'air", parce que finalement n'est ce pas la plus grande force de quelqu'un que d'être entièrement aligné à tous les niveaux de lui même ? Pourquoi donc ce raccourci merdique entre une émotion exprimée et l'hypothétique faiblesse qui serait d'y rester coincée et de transformer l'émotion en sentiment ?

 

Vous ne pouvez pas changer le regard de l'Autre ni même sa pensée sur vous. La seule chose que vous pouvez faire, c'est décider de ce qui est important pour vous. Accepter vos émotions et la manière dont elles s'expriment, à savoir parfois débordantes, d'autres fois entièrement muettes, et la plupart du temps à la juste mesure de ce qui vous convient, ou subir la dépendance du regard de l'Autre et s'obliger à moduler et à taire ou même à exprimer, pour satisfaire l'Autre qui lui, au passage, ne se soucie que peu de ce qui vous convient à vous...

 

Exprimer vos émotions, c'est un droit. Peut-être même un devoir. Même si cela n'arrange pas l'Autre, même si l'Autre y voit ce qu'il a bien envie d'y voir, même si l'Autre ne voit QUE ce qu'il a bien envie de voir.

 

Soyez vous même, et tant pis si ça pique, parce que l'essentiel c'est que vous soyez, vous, conscient de la puissance de l'énergie que vous savez mobiliser quand vous en avez besoin. 

 

Pleurez, râlez, riez ! C'est la vie ! 

 
Repost 0
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 15:18

 

Dans ce tourbillon coloré et inattendu qu'est la vie, il est quelques rencontres incroyables qui laissent, laisseront une empreinte très longtemps.

 

Tantôt difficiles à gérer, tantôt bouleversantes, chacune de ces rencontres et de ces Autres vous relie à des musiques, des images, voire même des sensations, aussi palpables qu'une main effleurant du bout des doigts votre arbre de vie et en rallumant la lumière intérieure. Vous prenez même la mesure de l'ampleur de ce partage instantané quand vous comprenez à quel point la réciprocité est intense.

 

Et lorsque vous quittez vos Évidences, parce que la vie est ainsi faite que parfois les évidences doivent ne pas être visibles en permanence pour mieux être réparables et prises en compte, alors vous êtes partagé entre ce déchirement de ne plus avoir et le bonheur d'avoir été.

 

Vous avez déjà tous vécu au moins une fois cette première rencontre qui vous paraissait si naturelle et évidente que c'était comme si l'Univers vous avait mis sur la route de l'Autre et inversement, pour vous montrer que quelqu'un respire au même rythme que votre intérieur, aussi alambiqué soit-il. Cela arrive tant en amour qu'en amitié, les deux se mélangeant même parfois. Comment cela fonctionne ? D'où vient cette sensation d'alignement intérieur ?

 

Peut-être que l'Autre est un parfait miroir de vous, et que vous n'avez donc pas besoin d'expliquer ni de justifier qui vous êtes.

 

Peut-être que l'Autre est votre opposé mais que la complémentarité vous rassemble comme les deux pièces d'un puzzle.

 

Peut-être que vous avez été vous même dans son entièreté, l'Autre à la même mesure de lui même , et que malgré / à cause / grâce à cela, la résonance s'est harmonisée d'elle même, comme un jam spontané et solaire qui vous toucherait au plus profond de vous- même.

 

Je ne sais pas.

 

Ce que je sais, en revanche, c'est qu'une fois de plus il n'y a que vous qui savez ce que vous voulez en faire. Vous n'êtes pas obligé de l'accepter. Vous n'avez pas besoin d'en faire quelque chose absolument. Peut-être juste savourer le moment, tel qu'il est. Vous avez même la possibilité de décider que ce moment ne se finira pas, ou qu'en tout cas il réapparaîtra, comme un battement de coeur qui pulse à un rythme précis propre à vous deux. Finalement peu importe. L'univers met sur votre route ce que vous êtes capable de vivre et de gérer, faites vous confiance.

 

La seule chose qui compte, c'est juste que vous soyez en accord complet avec ce que vous êtes, et que toutes les parties de vous, vous seul ou vous à deux, battent à l'unisson.

Repost 0
Published by Miss Miroir
commenter cet article
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 20:39

 

Chacun d'entre nous possède sa propre échelle de valeurs, qui nous permet de motiver chacune de nos actions. Loyauté, engagement, famille, honneur, justice, vérité... autant de concepts très théoriques qui sont pourtant  utilisés quotidiennement : vais-je dire ci ou ça (alors que c'est injuste/vrai/déloyal) ? Vais-je faire ça ou non (alors que je m'y suis engagée/c'est pour mes enfants/c'est pas juste). Une valeur, ça ne se juge pas, ca ne s'explique pas, et même ça ne se choisit pas, c'est une évidence intérieure. Vous pouvez simplement trouver des gens en adéquation avec vos valeurs majeures ou qui, à tout le moins, les respectent. 

 

Le seul problème avec les valeurs, c'est quand quelqu'un vient en heurter une des vôtres, que ce soit directement ou simplement en la remettant en question. En ce moment je m'interroge beaucoup sur les valeurs, les miennes mais aussi celles des autres ; comment elles sont utilisées et parfois même savamment exploitées, et de quelle manière elles sont même mises de côté au profit d'autres valeurs qui jusque là n'en étaient pas...

 

Prenons une valeur au hasard... l'éthique par exemple. Selon les gens, l'éthique sera plutôt le respect du secret professionnel, le respect des règles, le respect de l'autre,  ou encore le respect de ce qui est bien ou pas, genre morale. 

 

Alors comment des personnes qui se prévalent d'avoir une éthique, une morale, peuvent accepter de faire l'inverse de ce qu'elles sont sensées faire, à titre professionnel par exemple. Comment des accompagnants peuvent se contenter de faire de l'alimentaire sans se préoccuper aucunement du besoin de l'autre même s'il est en fin de vie ? Comment des amis peuvent-ils sciemment vous blesser et vous trahir en espérant que demander pardon effacera tout, et en plus s'insurger au nom de la morale parce que vous refusez ? Comment  des représentants de l'Etat peuvent-ils couvrir des faits terriblement graves, voire des crimes, et se taire au nom de l'image de leur profession  ? Comment des professionnelles de l'Enfance peuvent prendre des décisions complètement contraire aux intérêts des enfants simplement pour remplir leurs petits quotas ? Et surtout, comment ces gens peuvent m'expliquer droit dans les yeux que oui, leur éthique est essentielle pour eux et arrivent même à monter sur leurs grands chevaux... 

 

Alors oui, je m'interroge... sur les autres et sur moi... quelle valeur cela vient heurter chez moi ce manquement ?   Est-ce le non-respect de l'Ethique en tant que tel ?  Est-ce "respect des Lois", "Vérité", "Engagement"qui a mal ? Pourquoi ca me met tellement en colère de voir quelqu'un défendre la veuve et l'orphelin officiellement et la poignarder ou la violer dès que les autres ont le dos tourné ?

 

Je trouve ça profondément injuste de berner le monde, de faire semblant d'être ce que l'on est pas, et de ne pas hésiter à blesser l'Autre si ça peut nous sauver les miches ou nous faire gagner trois francs six sous. C'est peut-être ça la valeur blessée tiens, la Justice. 

 

J'ai besoin de soigner mes valeurs, de les apaiser pour celles qui ont  fait des réactions allergiques au monde, et je vous invite à prendre soin des vôtres en gage de respect envers elles.

 

Soyez cohérent avec vos actes, vos pensées, vos valeurs, droit dans vos bottes jusqu'au bout. Peut-être qu'elles seront en désaccord avec d'autres, mais au moins vous, vous serez en accord avec vous même.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Miss Miroir
commenter cet article
6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 21:09

 

Parfois vous ouvrez les volets sur un matin pluvieux, et vous vous sentez en harmonie avec cette ambiance maussade et grise, voutée sur le monde...

 

Trop de vent qui vous empêche d'avancer, trop de feuilles qui vous giflent à chaque mouvement, trop d'illusions sur lesquels vous avez trébuché et qui vous ont fait des bleus à l'âme... vous en avez marre de vous ramasser sur le chemin de la vie, et on peut le comprendre.

 

A quoi cela sert de faire des efforts puisque le monde lui ne change pas ? A quoi bon espérer chaque matin faire un bon de route avec des gens chouettes puisque vos compagnons de route n'hésitent pas à vous mettre dans la flaque pour ne pas se salir les pieds ? Pourquoi continuer à penser que vous pouvez abattre des arbres pour traverser plus vite les rivières  sans conséquence alors que lorsque celle-ci sera en crue, vous serez bien dans la merde ?

 

Et bien je n'ai aucune réponse à vous apporter. (Je sais, ne me remerciez pas)

 

 Effectivement vous n'avez aucun pouvoir sur les éléments, la pluie, le vent, le flot de la rivière et la connerie des gens. La seule chose que vous êtes en capacité de modifier, c'est votre vision de la vie dans laquelle vous évoluez.

 

Que décidez-vous ? Subir ça encore un peu plus chaque jour ? Ou faire en sorte que ça change ? Parce que vous pouvez toujours décider de changer de direction, d'aller plus vite ou plus loin, de vous créer de vraies protections, de couper les ponts ou encore d'arrêter d'aller à l'encontre de l'ordre naturel des choses et des gens.

 

Vous ne pouvez pas changer votre univers mais vous pouvez décider de le vivre autrement, avec  plus de liberté, de joie, de soleil, de confiance, de légèreté ou même de licornes. Il vous faudra vous battre aussi, mais non plus contre des éléments, maintenant c'est pour vous même, et votre énergie n'en sera que plus forte. Eloignez les charognards, entourez vous de gens authentiques et droits, mettez des bottes de couleur, gardez en tête les vraies choses importantes de la vie, notamment et surtout vous, et élargissez votre horizon...

 

Vous verrez a quel point les choses sont simples quand on a décidé qu'elles le seront désormais... vos limites sont là où vous décidez qu'elles sont, voyez plus grand !

Repost 0
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 10:08

Votre vie suit son cours selon son propre chemin, et il est toujours étonnant de voir de quelle manière l'Univers nous rappelle régulièrement que nous ne sommes pas grand chose face à lui.

 

Au fil de l'eau, au fil de la vie, vous pensez naviguer tranquillement sur une rivière, regardant passer les paysages autour, vous arrêtant de temps à autre sur une berge pour découvrir un nouveau bout de territoire ou faire le plein de vivres, et quelle que soit la météo et les aléas de la voie navigable, vous avancez droit devant vous, vers un horizon qui vous attire et vous permet de savoir pourquoi vous êtes sur cette rivière.

 

Et puis un jour, une météorite atterrit en plein milieu de votre cours d'eau, bouchant temporairement l'accès à la suite des événements, et vous ne savez pas comment contourner cet énorme obstacle...

 

Et puis un jour, vous découvrez une nouvelle voile sur votre mât, et vous ne savez pas encore la manœuvrer même si vous savez que c'est une nouveauté vraiment géniale...

 

Et puis un jour, votre bateau prend l'eau, vous menant petit à petit vers le fond, et vous ne savez pas comment réparer la fuite pour reprendre une flottaison classique...

 

Et puis un jour, vous remarquez un nouveau bateau près du votre et vous ne savez pas comment gérer ce nouveau voisinage même si vous êtes ravi de partager un bout de route avec d'autres...ou au contraire vous constatez qu'un de vos acolytes s'éloigne et prend un cap différent du vôtre, et vous ne savez pas comment gérer les émotions mitigées qui vous submergent...

 

Vous le savez, je suis profondément convaincue de la Providence met sur votre chemin ce qui est bon pour vous, et que si vous n'êtes pas sur la bonne route, les choses se compliquent sérieusement tandis que tous les éléments de votre voie à vous s’emboîtent facilement.

 

Je ne sais pas quelle est la bonne manière de gérer les imprévus sur votre route, ni même s'ils sont des signes négatifs ou des feux verts indicateurs de validation de l'Univers, mais ce que je sais, c'est qu'il est important d'en tenir compte, comme de chacun des autres éléments sur votre chemin.

 

Prenez le temps d'observer les frémissements de l'eau, d'évaluer la vitesse du courant, d'écouter le vent et de détailler chaque petit constituant de cette nouvelle donne que l'Univers a mis sur votre rivière, et vous trouverez exactement le bon moyen de gérer ce moment.

 

Je ne peux pas vous garantir que ça sera la bonne solution, mais tant que vous faites de votre mieux, elle sera la plus optimale avec les paramètres dont vous disposez sur le moment.

 

Et alors vous pourrez être sûr que vous agissez de la bonne façon, quels qu'en soient les conséquences. Droit dans vos bottes, toujours.

Repost 0
Published by Miss Miroir
commenter cet article
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 19:19

Une fois n'est pas coutume, la chronique du 31 décembre ne sera pas. Et oui ! D'ailleurs vous avez pu vous en rendre compte par vous-même, mais peut-être avez-vous mis l'absence de chronique sur le dos d'une simple impossibilité temporelle de ma part. Que nenni. (oui je sais, mais bon, j'aime bien le coté désuet)

 

En effet cette année, ou plutôt l'an dernier, selon le point de vue, il me semblait complètement inadapté de clore un chapitre, cela ne correspondait pas avec ce que je ressentais viscéralement : une énorme ouverture vers le monde, le début d'une vie qui me correspondait le mieux, le commencement d'une nouvelle étape.

 

Cette année donc, parlons de début, de changement, de vie nouvelle. Certains d'entre vous ont vécu de sacrés étapes l'an dernier, et d'autres en ont simplement reçu les premières graines qui s'épanouiront en 2017, quelques uns ont même eu des coups durs voire terribles et de rares personnes n'ont rien vécu de notable. Mais au final, quel est l'élément qui compte ? Le SEUL élément important de tout ce que vous avez vécu  (ou pas vécu d'ailleurs) ? Ce que vous allez en faire.

 

Qu'allez-vous faire de cette tristesse ? La laisser vous rendre apathique ou au contraire puiser dans cette énergie pour apprendre de vos erreurs et avancer?

Qu'allez -vous faire de cette colère ? La laisser vous rendre fourbe et méchant ou contraire vous servir de ce dynamisme pour vous battre et dépasser les obstacles devant vous ?

Et l'amour, la joie, les rigolades, les apéros à l'improviste, les barbecues entre amis, les petits mots doux, les rencontres incroyables, les arc-en-ciel magiques, les musiques enivrantes, les regards complices, les coups de main inespérés, vous allez en faire quoi ? Les oublier ou au contraire faire de cette vitalité et de cette chaleur le plus puissant des moteurs pour vous permettre d'accomplir ce qui compte le plus pour vous ?

 

Ce qui vous définit, ce n'est pas ce qui vous arrive, mais comment vous réagissez face à la vie et ces imprévus. En ce premier jour de cette année toute neuve, ce qui importe, c'est ce que vous faites, ce que vous allez faire, et la manière dont vous allez le faire pour que vos actes vous permettent d'être aligné avec vous-même. Ce qui importe, c'est qui vous décidez d'être en agissant d'une manière plutôt que d'une autre.

 

Pour 2017, décidez de ce que vous êtes et profitez en pleinement dès aujourd'hui.

 

Je vous garantis que c'est du pur bonheur !

Repost 0
Published by Miss Miroir
commenter cet article
2 décembre 2016 5 02 /12 /décembre /2016 15:29
Tant pour temps

 

Le temps passe si vite… Vous le savez déjà, mais il y a des jours où l’univers se charge de vous le rappeler, de manière bien plus prégnante. Mais dans quel but ?

 

Vous le savez, pour moi la Providence pourvoit toujours, même si parfois vous avez plutôt le sentiment que la Providence a décidé de vous emmerder. Du coup, dans cette lignée, réaliser que le temps passe vite n’arrive jamais par hasard, il s’agit plutôt de permettre une prise de conscience sur le sujet à propos duquel le temps passe vite (vous suivez ?).

 

Parfois regarder son enfant souffler ses 10 bougies incite à profiter de plus de moments avec lui ; de temps en temps votre propre anniversaire vous fait prendre conscience que vous devez vous accorder plus de temps pour faire des choses inutiles mais qui vous font tellement plaisir ; quelques fois c’est simplement la perspective des prochaines échéances de travail arrivant très vite qui vous permettent de constater que vous devriez vous réorganiser pour alléger votre charge.

 

Et puis des fois, comme c’est le cas aujourd’hui pour moi, vous recevez un email qui vous dit que cela fait 5 ans que votre blog existe. Ce qui fait instantanément pousser en vous plusieurs branches de questionnement à votre arbre de neuropédalage. Comment avez-vous pu oublier la date-clé d’un élément qui était si essentiel pour vous il y a encore quelques mois (ou beaucoup de mois… no comment) ? De quelle manière avez-vous envie de faire quelque chose de cette information (ou pas) ? Pourquoi vous avez une telle réaction alors que finalement c’est aussi vous qui avez délayé petit à petit puis presque dissous ce lien ?

 

Et puis finalement, l’important est-ce vraiment d’avoir les réponses à ces questions ou le simple fait de pouvoir vous les poser (les questions, pas les réponses hein) amène déjà en soi des réponses ? Il y a toujours de bonnes raisons pour expliquer le pourquoi du comment les choses en sont arrivées là. Mais il y a également d’excellentes raisons pour être acteur de ces évolutions et faire en sorte qu’elles correspondent vraiment à ce que vous voulez vraiment (oui, deux fois vraiment, histoire d’être sûre, vraiment).

 

Pour ma part, j’ai récemment pris conscience de l’incroyable vide laissé par toutes ces chroniques que je n’ai pas écrites, et il est absolument exclu que je continue sur cette lancée.

 

Je profite donc de cet anniversaire pour recréer le lien, avec cette partie de moi, avec vous, avec ce que nous avions créé ensemble par chacune des histoires que vous m’avez fait l’honneur de me confier.

 

A très vite

Repost 0
Published by Miss Miroir
commenter cet article
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 18:26

 

Imaginez un endroit tout blanc, presque brumeux, entièrement vide de tout sauf de cette matière si légère qu'il est impossible de déterminer si elle est solide ou gazeuse, un peu comme un nuage bas mélangé à de la barbe à papa exceptionnellement blanche. De cet étrange endroit émane une atmosphère plutôt rassurante, malgré le fait qu'aucun élément tangible ne soit distinguable. Ce que vous voyez n'est pas important, c'est ce que vous ressentez face à cela qui compte.



C'est la seule chose vraie. Ce que vous ressentez. Peu importe que cet endroit soit objectivement rassurant ou qu'au contraire il ait tout pour être inquiétant, peu importe ce que l'on vous dit sur cet endroit, peu importe même ce que vous pensez savoir sur cet endroit. Ce qui compte c'est l'effet que cet endroit vous fait, et ce que vous voulez en faire (de l'effet, pas de l'endroit. Enfin si, remarquez ça marche aussi en fait).


Pour ma part, en ce moment, j'erre de pièce blanche en pièce blanche, sans vraiment savoir où je vais, ni même comment j'avance. Je cherche mon chemin, je teste des portes, et je marche à travers chacun de ces espaces flous sans vraiment savoir comment ni où je vais trouver mes solutions, notamment celle qui me permettra d'écrire à nouveau de manière plus régulière.


Ce qui compte, ce n'est pas mon errance, mais le fait que je sois parfaitement à l'aise avec elle, parce que je sais qu'elle est momentanée et que je vais atteindre mes objectifs d'une manière ou d'une autre. Il y a déjà des zones qui se sont éclaircies, des nouveaux réflexes acquis mais aussi de vieilles habitudes à qui j'ai dit au revoir. Je n'ai aucune idée du temps que va prendre cette transition, combien de temps il me faudra pour être parfaitement prête pour la suite, mais je me sens sereine et alignée, pour une fois ma tete et mes pieds sont au même endroit, et c'est une première étape primordiale pour moi. Et cette sensation, je sens qu'elle n'est encore qu'un frémissement, un balbutiement, et que chaque jour je dois lui laisser prendre un peu plus de place encore, pour enfin éclore complètement quand ca sera le bon moment.


Si vous prêtez un peu attention à ce qui se passe à l'intérieur de vous quand vous êtes dans une situation précise et importante pour vous, quelle que soit cette situation et même si de prime abord elle semble inconfortable, vous aurez alors également le moyen d'y faire face mais surtout, vous aurez peut-être la surprise de réaliser que ce n'est pas complètement une mauvaise chose et qu'il suffit parfois de légers ajustements pour que cela devienne un moyen encore plus efficace d'avancer, même dans la brume.


Écoutez vous, la réponse est là, à l'intérieur...

Repost 0
Published by Miss Miroir
commenter cet article
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 10:37

Hier, tout le monde ne parlait que du Blue Monday, ce jour censé être le plus déprimant de l’année. Et toute la journée, je me suis dit : à force de le marteler, il est évident que même si les gens allaient bien en se levant, ils vont vraiment finir par trouver ce jour déprimant, puisqu’on leur répète toute la journée… Un peu la méthode Coué mais à l’envers. J’aime pas, mais alors pas du tout.

 

Le deuxième point qui m’a chiffonnée, c’est que déterminer que ce jour déprimant est « Blue », c’est donc à mon sens accepter sans même se poser la question que le bleu est signe de déprime. Alors que pour moi, le bleu est plutôt le signe de l’apaisement, le bleu de la mer qui va et vient tel un doux battement de cœur maternel et rassurant, le bleu brillant du ciel des tropiques qui impose les lunettes de soleil et donne immédiatement cette sensation de vacances…

 

Alors, pour contrecarrer les programmations déprimantes, j’auto-décrète qu’aujourd’hui, c’est le SunnyShinnyGlitterTuesday. Bon, c’est peut-être un peu long. Juste le SunnyTuesday ? ShinnyTuesday ? GlitterTuesday ? HappyMardi ? Ah c’est pas mal ca ! Va pour HappyMardi !

 

Là où je bosse, le lendemain d’une grosse crise de râlage où chacun en a pris pour son grade et où les noms d’oiseaux ont fusé, je suis passée à la boulangerie et j’ai pris des viennoiseries pour tout le monde, pour fêter la « Journée du Sourire ». Tout le monde a bien compris le message : arrêtons d’être négatif et diffusons Joie et Bonne Humeur pour avancer efficacement !

 

Et bien le HappyMardi sera la journée du Sourire à l’échelle de la France, de l’Europe, du monde même ! (oui, j’ai des lecteurs all around ze world)

 

Aujourd’hui, nous sourions à nos collègues ou voisins, nous sommes heureux de voir nos petits poussins grandir, nous faisons des projets entre amis pour les vacances, nous disons tout notre amour à ceux qui nous sont chers, nous voyons le verre à moitié plein et nous profitons de chaque petit bonheur qui nous est offert : un bon thé avec du miel, un fou rire, un câlin.

 

Aujourd’hui, pensez bikini, caïpi, raclette au ski, sirtaki ou jolie prairie, dans tous les cas c’est HappyMardi !

Repost 0
Published by Miss Miroir
commenter cet article
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 19:02
Le marronnier du 31

Il est toujours compliqué de faire le bilan je trouve. Que faut-il retenir ? Présenter les choses selon leur importance ou au contraire selon une classification transversale thématique ? Accorder de l'énergie à tirer parti de ses erreurs ou ne jamais regarder en arrière et se donner uniquement l'espoir que demain sera meilleur ? Chacun aura évidemment sa propre façon de faire, mais j'ai du mal à trier pour trouver la mienne.

Cela fait quelques années que mon unique résolution est de réussir à penser un peu à moi et à arrêter de me faire bouffer. J'y arrive. Doucement. C'est toujours en cours quoi, mais j'ai progressé, c'est déjà pas mal. Être en mouvement avec une intention, c'est déjà un énorme pas en avant. La volonté d'arriver quelque part ou de réussir quelque chose, sans forcément prédéterminer la forme que cela prendra concrètement.

C'est peut-être ça le moyen de bilaner (oui, pourquoi pas) 2015. Je crois que cette année, pour la première fois, il y a eu beaucoup d'intentions sans vouloir forcer la façon dont cela arrivera. Prendre du temps pour soi (et finir en arrêt), avoir des relations plus saines avec les gens (et alléger son carnet d'adresser), oser dire ce qu'on pense (et se fâcher parfois violemment avec des gens qu'on aime), vouloir s'épanouir professionnellement (et changer de voie).

Et finalement peu importe le résultat, peu importe si l'intention a évolué, peu importe si elle s'est évaporé. Je pense que l'important c'est d'avoir fait et de faire les choses dans une intention positive (pour vous, pour les autres... Parfois c'est contradictoire, c'est vous qui choisissez le chemin à prendre).

Et pour 2016, c'est la chose que je vous (et me) souhaite : être suffisant attentif et perspicace pour percevoir les vraies finalités de vos envies et ne se concentrer que sur elles (sur les finalités, vous suivez ?). Ne vous en demandez pas trop mais ne faites aucune concession sur vos buts essentiels.

Prenez soin de vous, vous êtes les mieux placés pour le faire.

Je vous embrasse affectueusement et vous souhaite une tres belle année 2016

Repost 0
Published by Miss Miroir
commenter cet article