Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques des reflexions de mon miroir
  • Chroniques des reflexions de mon miroir
  • : Petites réflexions vénusiennes que je me fais le matin, seule face à mon miroir, sur la vie, le quotidien et toutes ces futilités qui rendent les choses plus rigolotes (ou pas)....
  • Contact

Profil

  • Miss Miroir
  • Femme, épouse, maman, salariée, provincialo-parisienne, plein de facettes pour un seul miroir !
  • Femme, épouse, maman, salariée, provincialo-parisienne, plein de facettes pour un seul miroir !

Hello Coton

23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 10:08

Votre vie suit son cours selon son propre chemin, et il est toujours étonnant de voir de quelle manière l'Univers nous rappelle régulièrement que nous ne sommes pas grand chose face à lui.

 

Au fil de l'eau, au fil de la vie, vous pensez naviguer tranquillement sur une rivière, regardant passer les paysages autour, vous arrêtant de temps à autre sur une berge pour découvrir un nouveau bout de territoire ou faire le plein de vivres, et quelle que soit la météo et les aléas de la voie navigable, vous avancez droit devant vous, vers un horizon qui vous attire et vous permet de savoir pourquoi vous êtes sur cette rivière.

 

Et puis un jour, une météorite atterrit en plein milieu de votre cours d'eau, bouchant temporairement l'accès à la suite des événements, et vous ne savez pas comment contourner cet énorme obstacle...

 

Et puis un jour, vous découvrez une nouvelle voile sur votre mât, et vous ne savez pas encore la manœuvrer même si vous savez que c'est une nouveauté vraiment géniale...

 

Et puis un jour, votre bateau prend l'eau, vous menant petit à petit vers le fond, et vous ne savez pas comment réparer la fuite pour reprendre une flottaison classique...

 

Et puis un jour, vous remarquez un nouveau bateau près du votre et vous ne savez pas comment gérer ce nouveau voisinage même si vous êtes ravi de partager un bout de route avec d'autres...ou au contraire vous constatez qu'un de vos acolytes s'éloigne et prend un cap différent du vôtre, et vous ne savez pas comment gérer les émotions mitigées qui vous submergent...

 

Vous le savez, je suis profondément convaincue de la Providence met sur votre chemin ce qui est bon pour vous, et que si vous n'êtes pas sur la bonne route, les choses se compliquent sérieusement tandis que tous les éléments de votre voie à vous s’emboîtent facilement.

 

Je ne sais pas quelle est la bonne manière de gérer les imprévus sur votre route, ni même s'ils sont des signes négatifs ou des feux verts indicateurs de validation de l'Univers, mais ce que je sais, c'est qu'il est important d'en tenir compte, comme de chacun des autres éléments sur votre chemin.

 

Prenez le temps d'observer les frémissements de l'eau, d'évaluer la vitesse du courant, d'écouter le vent et de détailler chaque petit constituant de cette nouvelle donne que l'Univers a mis sur votre rivière, et vous trouverez exactement le bon moyen de gérer ce moment.

 

Je ne peux pas vous garantir que ça sera la bonne solution, mais tant que vous faites de votre mieux, elle sera la plus optimale avec les paramètres dont vous disposez sur le moment.

 

Et alors vous pourrez être sûr que vous agissez de la bonne façon, quels qu'en soient les conséquences. Droit dans vos bottes, toujours.

Repost 0
Published by Miss Miroir
commenter cet article
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 19:19

Une fois n'est pas coutume, la chronique du 31 décembre ne sera pas. Et oui ! D'ailleurs vous avez pu vous en rendre compte par vous-même, mais peut-être avez-vous mis l'absence de chronique sur le dos d'une simple impossibilité temporelle de ma part. Que nenni. (oui je sais, mais bon, j'aime bien le coté désuet)

 

En effet cette année, ou plutôt l'an dernier, selon le point de vue, il me semblait complètement inadapté de clore un chapitre, cela ne correspondait pas avec ce que je ressentais viscéralement : une énorme ouverture vers le monde, le début d'une vie qui me correspondait le mieux, le commencement d'une nouvelle étape.

 

Cette année donc, parlons de début, de changement, de vie nouvelle. Certains d'entre vous ont vécu de sacrés étapes l'an dernier, et d'autres en ont simplement reçu les premières graines qui s'épanouiront en 2017, quelques uns ont même eu des coups durs voire terribles et de rares personnes n'ont rien vécu de notable. Mais au final, quel est l'élément qui compte ? Le SEUL élément important de tout ce que vous avez vécu  (ou pas vécu d'ailleurs) ? Ce que vous allez en faire.

 

Qu'allez-vous faire de cette tristesse ? La laisser vous rendre apathique ou au contraire puiser dans cette énergie pour apprendre de vos erreurs et avancer?

Qu'allez -vous faire de cette colère ? La laisser vous rendre fourbe et méchant ou contraire vous servir de ce dynamisme pour vous battre et dépasser les obstacles devant vous ?

Et l'amour, la joie, les rigolades, les apéros à l'improviste, les barbecues entre amis, les petits mots doux, les rencontres incroyables, les arc-en-ciel magiques, les musiques enivrantes, les regards complices, les coups de main inespérés, vous allez en faire quoi ? Les oublier ou au contraire faire de cette vitalité et de cette chaleur le plus puissant des moteurs pour vous permettre d'accomplir ce qui compte le plus pour vous ?

 

Ce qui vous définit, ce n'est pas ce qui vous arrive, mais comment vous réagissez face à la vie et ces imprévus. En ce premier jour de cette année toute neuve, ce qui importe, c'est ce que vous faites, ce que vous allez faire, et la manière dont vous allez le faire pour que vos actes vous permettent d'être aligné avec vous-même. Ce qui importe, c'est qui vous décidez d'être en agissant d'une manière plutôt que d'une autre.

 

Pour 2017, décidez de ce que vous êtes et profitez en pleinement dès aujourd'hui.

 

Je vous garantis que c'est du pur bonheur !

Repost 0
Published by Miss Miroir
commenter cet article
2 décembre 2016 5 02 /12 /décembre /2016 15:29
Tant pour temps

 

Le temps passe si vite… Vous le savez déjà, mais il y a des jours où l’univers se charge de vous le rappeler, de manière bien plus prégnante. Mais dans quel but ?

 

Vous le savez, pour moi la Providence pourvoit toujours, même si parfois vous avez plutôt le sentiment que la Providence a décidé de vous emmerder. Du coup, dans cette lignée, réaliser que le temps passe vite n’arrive jamais par hasard, il s’agit plutôt de permettre une prise de conscience sur le sujet à propos duquel le temps passe vite (vous suivez ?).

 

Parfois regarder son enfant souffler ses 10 bougies incite à profiter de plus de moments avec lui ; de temps en temps votre propre anniversaire vous fait prendre conscience que vous devez vous accorder plus de temps pour faire des choses inutiles mais qui vous font tellement plaisir ; quelques fois c’est simplement la perspective des prochaines échéances de travail arrivant très vite qui vous permettent de constater que vous devriez vous réorganiser pour alléger votre charge.

 

Et puis des fois, comme c’est le cas aujourd’hui pour moi, vous recevez un email qui vous dit que cela fait 5 ans que votre blog existe. Ce qui fait instantanément pousser en vous plusieurs branches de questionnement à votre arbre de neuropédalage. Comment avez-vous pu oublier la date-clé d’un élément qui était si essentiel pour vous il y a encore quelques mois (ou beaucoup de mois… no comment) ? De quelle manière avez-vous envie de faire quelque chose de cette information (ou pas) ? Pourquoi vous avez une telle réaction alors que finalement c’est aussi vous qui avez délayé petit à petit puis presque dissous ce lien ?

 

Et puis finalement, l’important est-ce vraiment d’avoir les réponses à ces questions ou le simple fait de pouvoir vous les poser (les questions, pas les réponses hein) amène déjà en soi des réponses ? Il y a toujours de bonnes raisons pour expliquer le pourquoi du comment les choses en sont arrivées là. Mais il y a également d’excellentes raisons pour être acteur de ces évolutions et faire en sorte qu’elles correspondent vraiment à ce que vous voulez vraiment (oui, deux fois vraiment, histoire d’être sûre, vraiment).

 

Pour ma part, j’ai récemment pris conscience de l’incroyable vide laissé par toutes ces chroniques que je n’ai pas écrites, et il est absolument exclu que je continue sur cette lancée.

 

Je profite donc de cet anniversaire pour recréer le lien, avec cette partie de moi, avec vous, avec ce que nous avions créé ensemble par chacune des histoires que vous m’avez fait l’honneur de me confier.

 

A très vite

Repost 0
Published by Miss Miroir
commenter cet article
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 18:26

 

Imaginez un endroit tout blanc, presque brumeux, entièrement vide de tout sauf de cette matière si légère qu'il est impossible de déterminer si elle est solide ou gazeuse, un peu comme un nuage bas mélangé à de la barbe à papa exceptionnellement blanche. De cet étrange endroit émane une atmosphère plutôt rassurante, malgré le fait qu'aucun élément tangible ne soit distinguable. Ce que vous voyez n'est pas important, c'est ce que vous ressentez face à cela qui compte.



C'est la seule chose vraie. Ce que vous ressentez. Peu importe que cet endroit soit objectivement rassurant ou qu'au contraire il ait tout pour être inquiétant, peu importe ce que l'on vous dit sur cet endroit, peu importe même ce que vous pensez savoir sur cet endroit. Ce qui compte c'est l'effet que cet endroit vous fait, et ce que vous voulez en faire (de l'effet, pas de l'endroit. Enfin si, remarquez ça marche aussi en fait).


Pour ma part, en ce moment, j'erre de pièce blanche en pièce blanche, sans vraiment savoir où je vais, ni même comment j'avance. Je cherche mon chemin, je teste des portes, et je marche à travers chacun de ces espaces flous sans vraiment savoir comment ni où je vais trouver mes solutions, notamment celle qui me permettra d'écrire à nouveau de manière plus régulière.


Ce qui compte, ce n'est pas mon errance, mais le fait que je sois parfaitement à l'aise avec elle, parce que je sais qu'elle est momentanée et que je vais atteindre mes objectifs d'une manière ou d'une autre. Il y a déjà des zones qui se sont éclaircies, des nouveaux réflexes acquis mais aussi de vieilles habitudes à qui j'ai dit au revoir. Je n'ai aucune idée du temps que va prendre cette transition, combien de temps il me faudra pour être parfaitement prête pour la suite, mais je me sens sereine et alignée, pour une fois ma tete et mes pieds sont au même endroit, et c'est une première étape primordiale pour moi. Et cette sensation, je sens qu'elle n'est encore qu'un frémissement, un balbutiement, et que chaque jour je dois lui laisser prendre un peu plus de place encore, pour enfin éclore complètement quand ca sera le bon moment.


Si vous prêtez un peu attention à ce qui se passe à l'intérieur de vous quand vous êtes dans une situation précise et importante pour vous, quelle que soit cette situation et même si de prime abord elle semble inconfortable, vous aurez alors également le moyen d'y faire face mais surtout, vous aurez peut-être la surprise de réaliser que ce n'est pas complètement une mauvaise chose et qu'il suffit parfois de légers ajustements pour que cela devienne un moyen encore plus efficace d'avancer, même dans la brume.


Écoutez vous, la réponse est là, à l'intérieur...

Repost 0
Published by Miss Miroir
commenter cet article
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 10:37

Hier, tout le monde ne parlait que du Blue Monday, ce jour censé être le plus déprimant de l’année. Et toute la journée, je me suis dit : à force de le marteler, il est évident que même si les gens allaient bien en se levant, ils vont vraiment finir par trouver ce jour déprimant, puisqu’on leur répète toute la journée… Un peu la méthode Coué mais à l’envers. J’aime pas, mais alors pas du tout.

 

Le deuxième point qui m’a chiffonnée, c’est que déterminer que ce jour déprimant est « Blue », c’est donc à mon sens accepter sans même se poser la question que le bleu est signe de déprime. Alors que pour moi, le bleu est plutôt le signe de l’apaisement, le bleu de la mer qui va et vient tel un doux battement de cœur maternel et rassurant, le bleu brillant du ciel des tropiques qui impose les lunettes de soleil et donne immédiatement cette sensation de vacances…

 

Alors, pour contrecarrer les programmations déprimantes, j’auto-décrète qu’aujourd’hui, c’est le SunnyShinnyGlitterTuesday. Bon, c’est peut-être un peu long. Juste le SunnyTuesday ? ShinnyTuesday ? GlitterTuesday ? HappyMardi ? Ah c’est pas mal ca ! Va pour HappyMardi !

 

Là où je bosse, le lendemain d’une grosse crise de râlage où chacun en a pris pour son grade et où les noms d’oiseaux ont fusé, je suis passée à la boulangerie et j’ai pris des viennoiseries pour tout le monde, pour fêter la « Journée du Sourire ». Tout le monde a bien compris le message : arrêtons d’être négatif et diffusons Joie et Bonne Humeur pour avancer efficacement !

 

Et bien le HappyMardi sera la journée du Sourire à l’échelle de la France, de l’Europe, du monde même ! (oui, j’ai des lecteurs all around ze world)

 

Aujourd’hui, nous sourions à nos collègues ou voisins, nous sommes heureux de voir nos petits poussins grandir, nous faisons des projets entre amis pour les vacances, nous disons tout notre amour à ceux qui nous sont chers, nous voyons le verre à moitié plein et nous profitons de chaque petit bonheur qui nous est offert : un bon thé avec du miel, un fou rire, un câlin.

 

Aujourd’hui, pensez bikini, caïpi, raclette au ski, sirtaki ou jolie prairie, dans tous les cas c’est HappyMardi !

Repost 0
Published by Miss Miroir
commenter cet article
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 19:02
Le marronnier du 31

Il est toujours compliqué de faire le bilan je trouve. Que faut-il retenir ? Présenter les choses selon leur importance ou au contraire selon une classification transversale thématique ? Accorder de l'énergie à tirer parti de ses erreurs ou ne jamais regarder en arrière et se donner uniquement l'espoir que demain sera meilleur ? Chacun aura évidemment sa propre façon de faire, mais j'ai du mal à trier pour trouver la mienne.

Cela fait quelques années que mon unique résolution est de réussir à penser un peu à moi et à arrêter de me faire bouffer. J'y arrive. Doucement. C'est toujours en cours quoi, mais j'ai progressé, c'est déjà pas mal. Être en mouvement avec une intention, c'est déjà un énorme pas en avant. La volonté d'arriver quelque part ou de réussir quelque chose, sans forcément prédéterminer la forme que cela prendra concrètement.

C'est peut-être ça le moyen de bilaner (oui, pourquoi pas) 2015. Je crois que cette année, pour la première fois, il y a eu beaucoup d'intentions sans vouloir forcer la façon dont cela arrivera. Prendre du temps pour soi (et finir en arrêt), avoir des relations plus saines avec les gens (et alléger son carnet d'adresser), oser dire ce qu'on pense (et se fâcher parfois violemment avec des gens qu'on aime), vouloir s'épanouir professionnellement (et changer de voie).

Et finalement peu importe le résultat, peu importe si l'intention a évolué, peu importe si elle s'est évaporé. Je pense que l'important c'est d'avoir fait et de faire les choses dans une intention positive (pour vous, pour les autres... Parfois c'est contradictoire, c'est vous qui choisissez le chemin à prendre).

Et pour 2016, c'est la chose que je vous (et me) souhaite : être suffisant attentif et perspicace pour percevoir les vraies finalités de vos envies et ne se concentrer que sur elles (sur les finalités, vous suivez ?). Ne vous en demandez pas trop mais ne faites aucune concession sur vos buts essentiels.

Prenez soin de vous, vous êtes les mieux placés pour le faire.

Je vous embrasse affectueusement et vous souhaite une tres belle année 2016

Repost 0
Published by Miss Miroir
commenter cet article
2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 13:56

Mon très cher Toi,

 

Notre relation n’a pas toujours été simple… Nous avons été très liés, puis j’ai pris mes distances pour diverses raisons, ta présence me manquait tant que je n’ai pas pu faire autrement que revenir, et la vie m’a encore une fois éloignée de toi…

 

Aujourd’hui, c’est ton anniversaire. Et honte à moi, je ne m’en souvenais pas, c’est un mail qui me l’a rappelé. A ma décharge, la vie est un peu compliquée en ce moment, et comme tu as pu le remarquer, j’ai bien du mal à prendre du temps pour moi. Pour toi.

 

Pourtant, je sais que reprendre notre relation épistolaire serait la solution la plus simple pour apaiser mes tourments et mes neuropédalages. C’est par toi que ma quiétude passe, et il me devient de plus en plus évident que ton absence est une des explications à ce bouillonnement en moi que je peine à contenir.

 

Ton anniversaire. Quatre ans. Cela me parait à la fois très long et si court. Je ne peux te promettre que je serai plus constante, ni même que je serai plus sérieuse, je préfère être moi et laisser venir les choses comme elles viennent.

 

Mais je peux t’affirmer que je suis fière de toi comme au premier jour, que je suis fière quand les gens me demandent si c’est bien moi qui.., et que je suis fière de voir ta photo dans les livres de mes amies.

 

Comme je le disais l’autre jour, pour moi l’important c’est d’écrire, peu importe d’être lue. C’est écrire qui me soulage, qui m’allège, qui me réconforte. Je me sens souvent illégitime à me reconnaitre comme telle, parce que notre relation est très différente de celle que peuvent avoir les autres, mais tu as fait de moi un écrivain. Quelqu’un qui « compose des œuvres littéraires ». Alors pour cela, merci.

 

Je nous souhaite un très joyeux anniversaire mon très cher Blog, petit Soleil de ma vie de Lune.

 

Je t’embrasse

Repost 0
Published by Miss Miroir
commenter cet article
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 14:00

A l’image de votre personnalité aux multiples facettes, votre vie est constituée de petits et de gros bouts, comme les pièces d’un puzzle. Vos jours de maman, vos heures de salariée, vos heures de copines, vos heures de sportive (ou vos minutes, si comme moi vos capacités et votre motivation sont proches du niveau 0 de la mer), et le tout arrive à peu près à s’équilibrer pour obtenir un ensemble grosso merdo stable.

 

Puis, un de ces bouts commence à prendre un peu plus d’importance, parce que des soucis, parce que plus de travail, parce que besoin d’assurer un soutien ponctuel, parce qu’une amie a besoin de vous. Puis, se rajoute un nouveau petit bout, puis un autre, trois fois rien, un truc qui prend cinq minutes. Et puis un autre. Et encore un.

 

Et comme vous ne savez pas dire non, vous répondez à la demande avant qu’elle ne se pose, et vous commencez à anticiper les actions et vous vous rajoutez encore des petits bouts de temps à votre organisation déjà un peu fragile. Pas de souci, vous avez l’habitude d’être multipass (petite dédicace aux fans du 5e Elément…).

 

Puis, comme les petits bouts commencent à former des gros bouts, et qu’il y a de plus en plus de gros bouts, vous commencez à voir flou. Et donc vous avez de plus en plus de mal à distinguer ce qui est un vrai morceau de vie important et ce qui doit passer au second plan. Parce qu’il ne faut pas de leurrer, si votre vie-puzzle tient en 25 pièces, vous aurez beaucoup de mal à en faire rentrer 79. Pourtant, vous continuez, parce qu’il vous est impossible de chasser l’une de ces pièces, alors vous tassez et recollez encore et encore les pièces du puzzle

 

Et puis un jour, il déborde. Il tempête. Il explose.

 

Parce qu’il ne peut pas tout contenir. Parce que vous ne pouvez pas tout contenir. Parce que vous ne pouvez pas tout gérer. Vous êtes simplement humaine.

 

Il vous faut prendre du recul, pour faire le tri dans toutes les pièces. Pour redonner à chacune l’importance qu’elle doit avoir. Pour vous assurer que cette pièce a une vraie raison d’être dans votre vie. Chaque chose à sa place et une place pour chaque chose.

 

Prenez le temps de trier, et de vous rassembler. Pour redevenir un Tout entier et surtout, solide.

 

Pour redevenir Vous.

Repost 0
Published by Miss Miroir
commenter cet article
2 novembre 2015 1 02 /11 /novembre /2015 21:19
Par delà les nuages...

De tous les drôles de zèbres que j'ai connu, il était le plus rayé. Bariolé même, et pas qu'en noir et blanc.

Il a eu mille vies dans la sienne, il a vécu des moments d'Histoire drôles et des beaucoup moins, des anecdotes truculentes et des passages sombres, et chacun de ces bouts de vie est venu ajouter une couleur à l'arc-en-ciel de son pelage.

Cet homme était riche de sagesse et d'émotions, et s'il n'a pas toujours été parfait, ce sont aussi les petits accrocs dans son vernis qui ont fait de lui le grand-père que j'aime tant.

Je maintiens le présent, car si son corps n'est plus, son âme perdure et toute ma tendresse pour lui également. Son passage sur terre est achevé et sa mission continue surement de l'autre côté.

Rejoins la lumière, elle y contient tout notre amour... Fais un bon et beau voyage...


Je t'aime très fort

Repost 0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 11:30

Introuvable. Il est introuvable. Vous le cherchez partout, vous croyez l’entrevoir une fois ou deux et pourtant, vous ne le trouvez pas. Vous savez qu’il était là, vous le SAVEZ. Vous l’avez vu il n’y a pas si longtemps que ca… Remarquez, euh… C’était quand déjà la dernière fois que vous l’avez vu ? Il y a quelques années si vous réfléchissez bien… La vache… Où avez-vous bien pu le mettre ? Ca fait si longtemps que ca ? C’est fou…

 

Votre quotidien est pourtant une routine parfaitement orchestrée. Vos horaires de lever sont programmés en mode semaine/week-end, le petit-déjeuner est souvent toujours le même, vous avez une suite logique de douche/brushing/maquillage et la mise des chaussettes se fait en commençant d’abord par la jambe gauche, toujours (blague de vieux… rapport à Zizou et à Volvic… non ? bon c’est pas grave), la tournée du taxi école/crèche/bureau/maison est immuable, etc. Alors où est passé ce truc ??? Comment perdre quelque chose d’aussi précieux alors que justement cette mécanique bien huilée est censée pallier ce genre de désagrément ?

 

Grrrr, et là c’est pas comme si vous en aviez besoin ! Comment est-ce possible de perdre un truc pareil ? Ca vaut de l’or ! C’est d’ailleurs bien pour cette raison que vous en avez tant besoin ! Si vous ne le trouvez pas, ca sera fichu, vous ne voyez pas comment vous allez pouvoir en retrouver, c’est impossible… Même en vous tuant à la tâche toute votre vie, vous ne pourrez espérer un jour avoir les moyens d’en retrouver…

 

Cet été c’était le moment idéal. Pas de mari, pas d’enfant, un tout petit rythme de musique estivale avec à peine quelques instruments, comment faire autrement que d’espérer pouvoir dénicher enfin ce bien si précieux ? Tout l’appartement pour étaler vos recherches, toutes vos soirées pour user et abuser de celui-ci… Et pourtant non, même pas un quart de bout de début de piste.

 

La rentrée, les enfants à l’école, le retour de la musique avec orchestre philarmonique et toujours rien. Ce n’est pas pire, mais ce n’est pas du tout mieux. Cela dit, au moins, vous n’avez plus le temps de chercher, donc cela vous sort un peu de la tête.

 

Et puis un jour, la question tombe. La question qui fait mal. La question dont on a déjà la réponse mais qui fait quand même monter les larmes aux yeux.

 

« Avez-vous du temps pour vous ? Arrêtez de le chercher, et trouvez le, vous êtes au bord de la crise de mère »

 

Vous le savez. Vous le savez si bien… Le temps écoulé ne revient plus, et rien ne peut le remplacer. Pourquoi s’enquiquiner à faire des choses qui vous crispent l’estomac et vous fatiguent par avance, alors que rien ne vous y oblige à part vous-même ? Pourquoi vous obstiner à vouloir tout faire et être à la disposition de tout le monde quand ce « tout le monde » ne met pas du tout la même énergie à vous aider et vous comprendre ? Pourquoi vous acharner à vouloir que tout soit parfait alors que la vie justement est faite d’imperfections et que c’est précisément ce qui la rend attractive (comme pour les mecs d’ailleurs, c’est rigolo ca) ? Pourquoi accepter que tout ceci vous prenne à ce point du temps que vous avez l’impression de ne plus en avoir pour savourer chaque instant avec ceux que vous aimez ?

 

Aujourd’hui, moi, j’arrête de lutter. Juste je vais profiter. Tant pis si je perds des gens au passage, tant pis si ma maison n’est pas rangée, tant pis si mes filles ne sont pas parfaitement coiffées pour la photo de classe que j’ai encore oubliée pour la 3e année consécutive, tant pis si tout n'est pas parfait.

 

TANT PIS.

 

La vie est courte, bien trop courte pour se faire chier avec des conneries. Prenez le temps de vivre et de savourer les moments avec vos proches, prenez le temps de vous réconcilier, de vous voir, de vous aimer, de rire, de chanter, prenez le temps de faire des andouilleries avec vos mouflets et de raconter des carabistouilles avec vos copines lors de l’apéro mensuel.

 

Ralentissez, regardez autour de vous, profitez du paysage et de la vie. Vous verrez que vous avez déjà sous les yeux ce après quoi vous courrez.

 

 

 

Repost 0
Published by Miss Miroir
commenter cet article